Infos pratique : 

Histoire de l'église : 

Si l'église telle qu'on la connait aujourd'hui date du 16éme siècle, ses origines sont beaucoup plus ancienne en effet lors de procession en l'an 984 on cite déjà une église a Verrières en Forez construite en bois et sous le vocable de Notre Dame, elle aurait été victime d'un incendie.  En 1233 une église est édifiée par le comte GUY VI en remplacement d'une église d'une église fortement dégradée.

Au Milieu du 16éme siècle vers 1541 (date gravé sur la piéta, la famille Talaru de Chalmazel aurais jouée un rôle dans la construction de cette nouvelle église, Les armoiries sont sculptées sur la clef de voûte de la chapelle de la vierge (a droite du chœur). 

 

L'église est orientée vers l'est et la façade occidentale  vers l'ouest, l'avant nef (sous le clocher) se trouve l'orgue de tribune, les fonds baptismaux, et d'anciennes statues provenant du séminaire. La nef se prolonge jusqu'au chœur et elle s'élargie par deux collatéraux aux nord et au sud. 

 

Le collatéral nord, plus étroit et sans vitraux car a l'origine la cure était accolée a l'église, la petite porte permettais au prêtres de sortir et de rentrer dans l'église facilement, mais un incendie la détruite, a gauche du chœur se trouve la chapelle dédié a Saint Ennemond (ou Saint Chamond) ce vocable apparait au 17éme siècle 

En 1846 l'architecte DULAC voulais faire percées des vitraux  mais sa n'a jamais été réalisée. 

 

Les vitraux du collatéral sud on été agrandis dans les années 1830 

 

Devant le chœur au niveau des premiers bancs, une pierre blanche dite tumulaire qui recouvre la dépouille mortelle du Père Verrier curé de la paroisse qui est décédé en 1839, dans les années 1882 le cimetière  qui se trouve autour de l'église a été déplacé, en 1890 l'ancien cimetière est transformer en place publique. 

 

Des chasubles sont entreposé dans les placards de la sacristie, en fonction du temps liturgique les couleurs changes (le vert pour le temps ordinaire, le violet pour l'Avent et le Carême, le rouge pour les fêtes de l'Esprit saint, le blanc pour les solennités et fêtes de Marie. Une exception pour le 3éme dimanche de l'Avent et du Carême on utilise une chasuble rose pour ramener un peu de joie.

Exemple de chasuble qui sont entreposées dans l'église 

Source : INVENTAIRE DE LA REGION 

Le Petit séminaire 

Entre 1804 et 1905, le séminaire de Verrières accueille entre 40 et 300 élèves, si les débuts ont été compliqué dans l'espace réduit du presbytère. 

 

En 1809 il déménage au château du soleillant grâce a une donation de Antoinette Montet, dite « la Tante », béate vivant à Gumières, au même moment un nouveau supérieur arrive l'abbé Joseph Barou, en 1816 il fait construire de nouveaux locaux dans le bourg de Verrières, les matériaux proviennent  de l'ancien château du Soleillant c'est en 1819 que le séminaire s'installe définitivement dans le bourg, des problèmes de construction apparaissent rapidement notamment la voute de la chapelle qui s'effondre en 1825. 

 

En 1846, un incendie détruit une grande partis du séminaire, entre 1847 et 1855 le cardinal de Bonald archevêque de Lyon confie les plans d'un nouveau séminaire a l'architecte DULAC, l'achat de nouvelle parcelle permet vivre en autarcie sans vraiment dépendre des habitants du bourg. 

 

Début du 20éme siècle, le séminaire ferme ses portes, 1906 en es la date officiel, 1 ans plus tôt en 1905 la loi de séparation de l'église et de l'état était prononcée, l'église perd du pouvoir. En 1907 le préfet souhaite que la commune installe des écoles dans les vestiges du séminaire, finalement en 1912 les bâtiments sont vendus par adjudication, la même année le mobilier de la chapelle est déplacée dans l'église notamment l'orgue et les statues. 

 

aujourd'hui le site du séminaire est occupé par le lycée du haut forez et les vestiges de l'ancienne chapelle sont encore visible 

Chapelle du séminaire 

Cour principale du séminaire 

L'église, le presbytère et le séminaire 

Ruine de la chapelle 

Ruine du séminaire 

Chapelle du séminaire 

Photos d'archives provenant du site de l'inventaire de la région Rhône-Alpes 

L'orgue : 

Cet orgue aurait été offert en 1885 par les anciens élèves du petit séminaire (étudié), pour être placé dans la chapelle de leur établissement 

Selon le recensement de l'ARDIM, l'orgue aurait été réalisé entre 1879 et 1890 par le facteur Merklin de Lyon. Cepndant, un devis de la maison Aristide Cavaillé-Coll (avenue du Maine, 13 et 15, à Paris), adressé le 31 octobre 1884 au supérieur du séminaire (15 000 F ; emballage, transport et pose à la charge des acquéreurs) est conservé dans les archives paroissiales de Verrières 

La décision de remonter l'orgue dans l'église paroissiale a été prise par la commune en 1912 (AC). Les archives paroissiales conservent une facture de démontage et remontage de l´orgue dans l´église paroissiale de Verrières par A. Dulaquain, ex-harmoniste de la maison Merklin, du 25 janvier 1915 : la plaque de la maison Merklin a peut-être été apposée sur l'orgue à cette occasion.

Extrait de l'orgue :

Archive : Orgue 

La cloche historique :

 "Grosse Cloche" 

Poids : ?
Note : ?
Diamètre : ?  
Fondeur : ? en 1774

 

cette cloche coulée en 1774, nommée "La grosse cloche" a été fêlée le 11 novembre 1918. En 1923 la paroisse tente de la faire souder mais c'est un échec, en 1931 la fonderie PACCARD situé a Annecy Le Vieux est charger de refondre cette cloche.   

 

La cloche est descendue par façade ouest, les abats son ont été retiré, un échafaudage en bois est installé le long de la façade la base de la baie a été agrandie.   

la cloche arrive par le train jusqu'à Montbrison, elle sera chargée sur un char avec trois paire de bœufs.  
 
Un livret de carte postale est réalisé pour l'occasion, La bénédiction du "bourdon de la Victoire" est prévue pour le 10 mai 1931 

Personne ne sait ce qu'est devenu cette cloche car une nouvelle cloche a été bénie le 18 septembre 1932. 
toujours presente dans le clocher 
 
Les inscriptions sont légèrement différente de la cloche de 1931, sur panse et la faussure on retrouve des inscriptions directement liée a la 1ere guerre mondiale "A NOS MORTS GLORIEUX" les noms sont inscrit a jamais dans le bronze de la cloche. sur une frise, le Coq écrasant l'aigle devant le soleil avec la mention 1918
en fond une silhouette d'une cathédrale; le buste de Jeanne D'Arc.   

Les cloches : 

Cloche 1 : Jeanne D'Arc 

Poids : 2500 kg 
Note : Do3
Diamètre : 150 cm 
Fondeur : Paccard en 1932

Extraits 

Archive : Cloche n°1 

Cloche n°2 : 

Note : Ré3 
Poids : ~1310kg 
Diamètre : 131 cm 
Fondeur : Pierre Decharme en 1834

 

Extraits : 

Archive : Cloche n°2

Cloche n°3 : 

Note : Mi3 
Poids : ~925kg 
Diamètre : 117 cm
Fondeur : Pierre Decharme en 1834

 

Extraits : 

Archive : Cloche n° 3 

Cloche 4 : 

Note : Ré4 

Poids : ? / Diamètre : 66 cm 

Fondeur : ? en 1829

Fabricien : M Chaland, M Marnat, C Vial Lafon et JC Coste

 

Extrait : 

 Les cloches dans la presse 
 

Fin novembre 2019 a l'occasion d'une rencontre avec une journaliste, Nous avons présenté notre passion commune, 

 

Si nous étions dans le clocher de l'église Saint Martin de Lézigneux pour faire la photo, nous avons parlé des cloches de l'église Saint Ennemond de Verrières en Forez

 

Les Chaines YouTube ; 

 

 - Les Cloches Pontrambertoises

 - Les Cloches Ligériennes

 

 

Merci a Nathalie Touly qui a écrit l'article    

Galerie Photos 
 

La vidéo  : 

Remerciements :  

  • Mr Malhiere Thierry adjoint a la mairie pour les nombreuses visites
  • Quentin Couturier, a la réalisation de la vidéo. 
  • Arthur Auger et Paul-Elie Rose pour leurs présences et leur matériels 

 

Source historique : 

  • Forez Histoire, la DIANA MONTBRISON
  • Inventaire régionale (POP ministère de la Culture) 
  • Archive communale et paroissiale 

 

© les cloches ligériennes 2022